Comment Choisir Entre Les Barres Et Les Haltères ?

La musculation est une discipline qui requiert de la rigueur, de la persévérance, mais aussi des décisions. En effet, que l’on soit débutant ou avancé en musculation, on a souvent à choisir des nouveaux équipements mais aussi des nouveaux exercices pour varier les entraînements, tout comme connaître les bases. Parmi les matériels qui demandent souvent un choix : la barre ou les haltères. Pour les sportifs, ce choix sera décisif pour toute la suite de l’entraînement. Il faut donc choisir scrupuleusement entre les barres et les haltères. Les barres et les haltères sont tous deux des équipements nécessaires à la musculation. Même s’ils sont similaires, ils sont différents dans une mesure de niveau d’entraînement, et dans une mesure du niveau de performance de l’athlète lors des efforts physiques.

Les haltères

Les haltères requièrent une grande force physique. En effet, il intervient un plus grand travail de stabilisation lors des mouvements. Pourtant, elles ont de nombreux avantages. Elles permettent une trajectoire convergente ou divergente : ce qui fait que la contraction et l’étirement peuvent être plus intenses, et malheureusement plus dangereuses pour les muscles.

 

Si l’on observe, lors d’un développé haltère, l’écartement des bras en position basse et haute peut être différent. Lors des rowing avec haltères, on peut également faire varier la trajectoire pour avoir de meilleurs étirements et contractions à chaque répétition de mouvement.

 

RECOIS GRATUITEMENT TON GUIDE COMPLET DE LA MUSCULATION

 

Il contient toutes les informations pour atteindre ton objectif (anatomie, exercices, méthodes d’intensifications d’entraînements, métabolisme,..) de prise de masse et sèche !

Les barres

Les barres requièrent moins de force physique que les haltères. En effet, la barre provoque une synergie entre les 2 membres exécutant différents mouvements. L’on peut citer entre autres le développé couché, le développé militaire, le rowing barre ou encore le cetera. Les barres dépensent moins d’énergie, et accroissent donc la performance. Donc, si l’ego prend le dessus, les barres sont évidemment le premier choix du sportif.

 

Cependant, avec les barres, certains mouvements sont moins bien réalisés. Si lors d’un développé haltère, l’écartement des bras en position basse et haute peut être différent. Cela est impossible avec une barre qui verrouille l’écartement choisi dès la première répétition d’une série.

 

D’autre part, les barres sont responsables de pathologies tendineuses et articulaires, à cause des mouvements qui ne peuvent pas être aussi variés que lorsque l’on utilise des haltères. Etant donné que chaque être humain a déjà une trajectoire naturelle qui lui est propre naturellement sur chaque  mouvement, certains mouvements à la barre ne sont pas adaptés à certaines personnes.

 

Pour prendre un exemple concret, un sportif souhaitait « prendre serré » alors que la trajectoire naturelle de ses avant-bras pour contracter ces biceps s’orientait légèrement vers l’extérieur. Résultat : ces articulations ont compensé son mauvais choix et créé par la suite des pathologies/douleurs.

 

Heureusement, vers la fin des années 1970, des machines intelligentes convergentes et divergentes ont été créées pour permettre un travail hybride des muscles, entre barres et haltères, avec une position du corps plus stabilisée et parfois assise.

Toutefois, dans la pratique sportive ou pour toute autre activité, les machins ne sont pas vraiment conseillées. Aussi bien conçues soient-elles, elles ne sont pas adaptées aux différences anatomiques et morphologiques, même si certains réglages sont possibles. Tout comme les barres, les machines obligent le sportif à effectuer des mouvements précis qui ne respectent pas forcément la trajectoire naturelle ou l’amplitude possible, ce qui peut apporter des conséquences néfastes à long terme, entre autres : des déséquilibres de force et des tensions.

L’entrainement aux machines est également moins efficace pour construire de la masse brute. En effet, elle fait intervenir moins de muscles stabilisateurs pour l’exécution des mouvements. Un autre désavantage : les machines ont souvent recours à des systèmes de poulies ou de courroies qui réduisent les charges, ce qui peut aboutir à une diminution de la stimulation musculaire.

Iso Zero 100% Whey Protéine
Eric Favre Nutrition Expert
63.90 €
ISO ZERO est constituée de + de 85% de protéines d’isolate de whey (WPH, WPI), l’une des plus pures sources de protéines. Le laboratoire Eric Favre® l’a sélectionnée pour son assimilation rapide permettant l’anabolisme musculaire. De part sa...
Voir le produit

Le choix qui convient

Pour choisir entre les haltères et les barres, il faut retenir cette liste de points essentiels :

 

1)           Les haltères offrent une plus grande liberté de mouvements

2)           Les barres offrent plus de force et améliore la performance

3)           Les bonnes machines offrent une bonne force et une trajectoire convergente/divergente

4)           Les haltères sont moins faciles à manipuler que les barres ou machines

5)           Les barres ne permettent pas une trajectoire convergente/divergente

6)           Les mauvaises machines causent les mêmes problèmes musculaires que les barres, notamment au niveau des articulations et des tendons.

 

En bref, le meilleur moyen d’optimiser la musculation est de marier les haltères et les barres, et de combiner avec un travail aux machines sur une période déterminée. Il n’y a pas besoin de supprimer les haltères ou les barres de l’entraînement. Il faut juste conserver les mouvements, que ce soit aux haltères ou aux barres, qui fournissent la meilleure sensation au muscle. Il est conseillé d’utiliser les haltères en cas de difficulté à ressentir un muscle, ou si les barres provoquent des douleurs. Les machines sont conseillées uniquement si la trajectoire prédéfinie correspond à la trajectoire naturelle de mouvement, et si elle est performante.