Le Chrome, Pourquoi Faut-Il en Consommer ?

Le chrome fait partie des oligo-éléments, qui n’est pas parmi les oligo-éléments fondamentaux mais renferme tout de même plusieurs propriétés.  Tout comme les minéraux, les oligo-éléments sont essentiels au bon fonctionnement du corps. Quel est au juste le rôle de cet oligo-élément et quels sont ses apports nutritionnels préconiser, ainsi que les risques de carence ou d’excès ?

Le chrome c’est quoi exactement ?

Le chrome sous le symbole chimique Cr qui est présent dans le tableau périodique des éléments fait partie des oligo-éléments. Les avantages qu’il apporte à l’organisme de l’homme ne sont pas vraiment délimité. Il se présente sous plusieurs formes chimiques : le chrome trivalent (Cr3+) qui est le plus connu au cœur des aliments

Quels sont les rôles du chrome dans l’organisme ? 

  • Le chrome joue un rôle important sur l’action de l’insuline, une hormone qui régule la glycémie (taux de sucre dans le sang).
  • Il est aussi considéré dans le métabolisme des glucides plus précisément les sucres, des lipides qui sont les graisses et des protéines. 

Ses fonctionnalités ne sont pas encore parfaitement délimitées, les recherches sont en cours. 

 

RECOIS GRATUITEMENT LE GUIDE COMPLET DE LA NUTRITION SPORTIVE

 

Retrouve dans ce Guide toutes les informations essentielles à connaître sur la nutrition (nutriments, superaliments, IG..) pour atteindre ton objectif de sèche ou de prise de masse !

Quels sont donc les apports nutritionnels que le chrome peut apporter à l’organisme. 

En prenant compte de l’insuffisance de données scientifiques sur le chrome, il n’y a pas encore de résultat concluant sur ses références nutritionnelles. 

 

Les références nutritionnelles sorties en France en 2000 sont les suivantes : 

 

  • pour un enfant de 1 à 3 ans le besoin et de 25 microgrammes de chrome par jour, 
  • pour un enfant de 4 à 6 ans cela monte à 35 microgrammes, 
  • pour un enfant de 7 à 9 ans 40 microgrammes,
  • pour un enfant de 10 à 12 ans ce sera de 45 microgrammes, 
  • pour un adolescent de 13 à 19 ans le besoin est de 50 microgrammes, 
  • pour une femme de moins de 55 ans ainsi que les femmes enceintes c’est de 55 microgrammes,
  • pour un homme de moins de 65 ans c’est de 65 microgrammes,
  • pour les femmes adultes de plus de 55 ans et les femmes enceintes elles ont besoin de 60 microgrammes par jour 
  • et pour terminer pour les hommes de plus de 65 ans le besoin est de 70 microgrammes par jour. 

En outre, les spécialistes de l’Agence française de sécurité sanitaire de l’alimentation (Afssa) démontraient qu’il paraît difficile de rattraper ces apports et que les chiffres ci-dessus devraient être impérativement révisés, pour arriver à un résultat probant.

 

Vers l’année 2001, les spécialistes de l’Institut de médecine Nord-américaine (IOM) ont limité des « apports adéquats », basés sur les apports continus sur plusieurs populations en bonne santé. Ces préconisations sont de l’ordre de la moitié des effectifs français.

 

Chez l’enfant de 1 à 3 ans leurs organismes ont besoin de 11 microgrammes de chrome par jour, chez un enfant de 4 à 8 ans ils ont besoin de 15 microgrammes, pour une petite-fille de 9 à 13 ans elles ont besoin de 21 microgrammes tandis que pour un garçon et une femme adultes de moins de 50 ans c’est de 25 microgrammes, pour une adolescente de 14 à 18 ans cela monte à 24 microgrammes, pour un adolescent de 14 à 18 ans et les hommes de moins de 50 ans leurs besoins sont de 35 microgrammes, pour une femme adulte de plus de 50 ans le besoin et de 20 microgrammes, pour un homme adulte de plus de 50 ans ainsi que les femmes enceintes le besoin est de 30 microgrammes et pour les femmes allaitantes c’est de 40 microgrammes par jour.

 

Vers l’année 2014, l’Autorité européenne de sécurité des aliments (Efsa) a affirmé qu’elle ne disposait pas les études adéquates pour confirmer la nécessité du chrome et qu’elle n’était pas en mesure de limiter les références nutritionnelles. 

Quels sont les aliments où il y a le plus de chrome ? 

Le chrome est assez rare dans presque  tous les aliments, soit en très faible quantité. Les foies d’animaux, les œufs, la viande de bœuf, les produits à base de céréale complète, les pommes de terre, ainsi que chez certains fruits et légumes que le chrome reconnaît un peu plus de proportion.

 

Les 5 aliments qui sont classés parmi les plus riches et à le plus de teneur en chrome pour une quantité de 100g d’aliment sont : tout d’abord l’ail séché avec une teneur de 60 microgrammes dans les 100 g, puis viennent après le brocoli avec 18,3 microgrammes, après le muffin à la farine complète avec 8 microgrammes, puis le jus de raisin avec 3,3 microgrammes, et enfin la viande de bœuf avec 2,4 microgrammes de chrome. À noter qu’il existe encore d’aliments d’origine animale ou végétale ou même des boissons qui ont une teneur en chrome mais ceux cités dessus sont ceux qui ont en le plus.

Ketophedrine Ultimate Fat Burner
Eric Favre Nutrition Expert
27.90 €
Ketophédryne® est un brûleur de graisses conçu avec 9 actifs pour augmenter la thermogénèse, déstocker et oxyder les graisses2, idéal en période de sèche. Formulé spécifiquement pour éviter la fatigue...
Voir le produit

Quels en sont les risques de carence ou de surdosage du chrome ?

Les risques en cas de sous dosage

Certains cas de perte, associés à une quantité très faible de chrome dans le sang, ont été détectés chez des personnes malades, alimentés exclusivement et durablement par voie parentérale (par perfusion). Ces dernières ont favorisé des manifestations du diabète : glycémie (taux de sucre) très élevé, existence de glucose (sucre) dans les urines, perte de poids, ainsi que les troubles neurologiques. Chez certaines malades, les symptômes ont disparu après une supplémentation en chrome. 

Les spécialistes ne détiennent pas les données nécessaires pour affirmer que ces symptômes étaient uniquement assignables à une perte en chrome, d’autant plus que le taux dans le sang de cet oligo-élément ne démontre pas forcément les réserves de l’organisme.

 

 

Les risques en cas de surdosage

 

D’après les experts, ils ont conclu qu’un apport élevé en chrome, jusqu’à 1000 microgrammes par jour dans le domaine d’études de supplémentation, n’a pas engendré d’effets adverses. 

Que ce soit l’Afssa (Agence française de sécurité sanitaire de l’alimentation), ou l’Efsa (Autorité européenne de sécurité des aliments), ou l’IOM (Institut of Médecine), aucun d’entre eux n’ont pu sortir une limite de sécurité pour cet oligo-élément.

 

 

Remarque

  • La consommation du chrome est élevée en présence de vitamine B3 dans les aliments d’origine animale (dans les viandes, poissons) ou de vitamine C (dans les fruits et légumes). 
  • Les phytates (qui se trouvent dans les aliments céréaliers complets) pourraient faire baisser l’assimilation du chrome.

Pour conclure

Pour conclure, le chrome est un oligo-élément qui aide l’organisme lors de la régulation des glucides sécrétées par le pancréas, il est ainsi impliqué dans le métabolisme des glucides (sucre) il aide aussi dans l’action de l’insuline (pour réguler le taux de glycémie), à calibrer l’arrivée du sucre des aliments dans le sang ou encore favoriser la masse maigre au détriment du gras.