Ce qu’il Faut Savoir Sur Les Exercices Physiques et les Interventions Hormonales

Lorsque l’organisme est en repos c’est-à-dire qu’il n’y a aucune activité effectuée, c’est constamment à ce moment-là que les hormones participent à l’équilibre métabolique. Le métabolisme est l’ensemble des transformations subies dans l’organisme par les substances qu’il absorbe comme les métabolismes des glucides et des lipides. Les hormones peuvent aussi activer ou empêcher l’action enzymatique cellulaire. Chacune des hormones à sa propre fonction.

Les rôles de quelques hormones dans l’organisme

L’insuline : elle est l’hormone sécrétée par le pancréas. Elle maintient l’utilisation et l’accumulation des glucides. Elle intervient globalement sur la synthèse du glycogène et des triglycérides. Grâce à sa fonction, le glucose pénètre facilement dans les cellules.

Le diabète survient si l’insuline ne fait pas son travail. C’est pourquoi elle est dite hypoglycémiante.

 

Le glucagon : pareil que l’insuline, il est une hormone produite par le pancréas et il est également hyperglycémiant. S’il n’agit pas, il provoque une augmentation de la quantité de glucose dans le sang.  Aussi, l’organisme libère du glucose et des acides gras pendant sa période de jeûne et le glucagon a pour rôle de stimuler cette libération. 

La régulation de la glycémie provient de l’équilibre entre ces deux hormones.

 

Le cortisol : c’est aussi une hormone mais sécrétée par des glandes corticosurrénales qui se situent au-dessus des reins. Il est dit hormone stéroïde et il est produit à partir du cholestérol. Il participe au métabolisme des glucides, des lipides et des protéines. Le cortisol stimule la néoglucogenèse qui est la synthèse du glucose par le foie et il permet ainsi la régularisation de la glycémie durant la fin du jeûne.

 

RECOIS GRATUITEMENT TON GUIDE COMPLET DE LA MUSCULATION

 

Il contient toutes les informations pour atteindre ton objectif (anatomie, exercices, méthodes d’intensifications d’entraînements, métabolisme,..) de prise de masse et sèche !

Quels sont les effets des hormones sur le corps pendant l’exercice physique ?

L’organisme effectue une réaction physiologique appelée « la stress » lorsqu’il est soumis à une action d’un excitant fréquent tel que l’exercice physique. Ce dernier peut être considéré comme un état de stress volontairement déclenché. Donc quand il y a activité physique, il y a stress physiologique. Durant cet intervalle, des hormones hyperglycémiantes (le glucagon, le cortisol, l’adrénaline et la noradrénaline) sont libérées en grande quantité afin de répondre aux besoins importants de l’organisme en glucose et pour l’adapter à l’effort. De même, suite à cette libération inhabituelle d’hormones, il y a un changement au niveau de l’accélération du rythme cardiaque. Aussi, la ventilation pulmonaire et le débit circulatoire augmentent ainsi que le besoin d’énergie. 

 

Ces hormones ont une importance métabolique en favorisant l’utilisation du glycogène et la libération des acides gras. L’adrénaline et le cortisol permettent ainsi la mobilisation des réserves organiques. En limitant l’utilisation du glucose au niveau cellulaire, le cortisol préserve également les besoins du cerveau. Quant au glucagon, il stimule la néoglucogenèse à partir des acides aminés. En effet, un certain niveau d’effort physique contribue au maintien de la glycémie. Ces adaptations hormonales successives permettent à l’organisme de réagir efficacement à l’état de stress généré par l’exercice physique.

Quelles sont les trois phases de syndrome de stress ?

Le syndrome de stress explique toute adaptation aux réactions de l’organisme aux agents stresseurs. Il est divisé en trois phases distinctes.

La première phase est la réaction d’alarme du corps. C’est le déclenchement d’une réaction de l’organisme face à la stresse qu’il subit par la mobilisation de ressources. Elle est définie par une exonération d’adrénaline. À ce stade, les pulsations cardiaques augmentent et le tonus musculaire est modifié. Mais si le stresse s’est avéré plus étroit, on entre dans la phase de résistance. C’est la partie où l’organisme s’adapte au stress qu’il perçoit. Si le stress persiste encore et l’organisme ne peut plus y résister c’est là qu’il entre dans la dernière phase, c’est le stade d’épuisement.  À ce niveau, le corps enduré de graves dysfonctionnements. 

 

Pour les sportifs, cette dernière phase est sûrement à éviter. Elle peut se déclencher à cause du surentraînement et provoquer ensuite l’état de surmenage. Effectivement, il est nécessaire de mettre en place une planification par cycles qui permettra d’identifier distinctement les différentes périodes et phases d’entraînement à respecter. Sans oublier les parties de récupération active ou passive à bien déterminer.

ZMA + 120 Gélules
Eric Favre Nutrition Expert
19.90 €
ZMA+ est un complexe de zinc, de magnésium et de vitamine B6 au dosage maximal pour vous accompagner lors des vos efforts physiques mais aussi au quotidien. Booster votre taux de testostérone grâce au zinc qui contribue au maintien d’un taux normal de testostérone dans le sang ainsi...
Voir le produit